Les chutes d’Iguazu, côté argentin

La Garganta del diablo

Après notre journée à crapahuter le long de chutes d’Iguazu du côté brésilien, nous reprenons nos sacs laissés dans les consignes du parc et on rentre direction l’Argentine. Le bus s’arrête donc à la frontière côté brésilien. On stresse un peu en espérant ne pas avoir à payer de « taxe » de sortie vue que nous n’avons ni tampon d’entrée, ni carte verte.

En scannant nos passeports, l’agent ne nous trouve pas dans la base de données. On se demande pourquoi… (peut-être parce qu’on est rentré sur le territoire sans un visa…oops). Et bien sur, il ne parle pas anglais. On galère déjà bien en espagnol, mais alors en portugais, ché pire. Au final, on arrive à lui expliquer que le bus ne s’est pas arrêté lorsque nous avons traversé la frontière et il nous laisse passer avec un regard un peu surpris. Ouf !

Nous arrivons donc à bon port, à Puerto Iguazu. On récupère nos lits dans un dortoir de 8 personnes. C’est déjà mieux que les 16 lits côté brésilien. L’auberge est relaxe et le personnel sympa. Le temps de cuisiner une petite omelette et on file au dodo. Il faut prendre des forces pour la journée de demain.

Les chutes côté argentin sont vraiment impressionnantes. Surtout la « garganta del diablo », le bout des chutes où le débit est le plus fort. C’est à vous couper le souffle, tout simplement.


On dirait parfois qu’il pleut, tellement l’eau vole dans tous les sens. Par contre, pas facile de prendre des photos. L’objectif est couvert de gouttelettes d’eau en quelques secondes. On ne regrette vraiment pas d’être passés !

2 comments

  • Une proposition pour la légende : « Attention : serpent méchant! »
    J’aimerais bien connaitre la hauteur des chutes pour qu’il y ait autant d’eau partout…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *