Jurassic Park IV

Nous arrivons à Cochabamba au petit matin après une bonne dizaine d’heures de bus. Nous aurions aimé connecter directement avec le bus pour Torotoro mais le jeudi, le bus ne part qu’à 18h. Une fois le jour levé, nous filons prendre une chambre pour se reposer avant de repartir. En fin d’après midi nous montons dans le bus 4×4 qui nous emmènera à destination. Sur le flanc du gros bus jaune, un dinosaure peint semble annoncer que nous partons pour Jurassic Park. Torotoro est en effet réputé pour ses paysages sortis du passé, ses empreintes de dinosaures et son grand canyon.

Nous arrivons après quatre heures de route dont une bonne partie non asphaltée. Le village n’a rien de bien spécial, ça manque carrément de caractère. C’est d’ailleurs un peu décevant. Le lendemain, nous allons nous renseigner à l’office des guides sur les marches à faire dans les environs. Les guides ne sont pas très accueillants ce qui confirme notre vision du village.

Bref, nous partons tout d’abord pour la Ciudad de Itas. Et là, nous comprenons pourquoi ce parc est considéré comme un joyau de la Bolivie. De la route en terre qui nous emmène en haut, les paysages sont sublimes. Ils vous font entrevoir la puissance de la nature qui a formé les alentours. La roche est littéralement soulevée par endroit formant des pentes raides aux couleurs rouges et ocres. Les montagnes s’étirent à perte de vue. Chaque virage dévoile une nouvelle perspective sur les alentours. Après 2h de route, nous arrivons au début du sentier (nous sommes une fois de plus à 4000 mètres). La balade nous mène à la cité qui est en fait une suite de cavités géantes en forme d’ogives, crées par les vagues quand la roche se trouvait au niveau de la mer, il y a bien longtemps. Le chemin continue au milieu des rochers. Nous croisons quelques moutons (dont un à quatre cornes) en train de paître, et quelques touristes qui cassent la croûte. De retour à la voiture nous discutons avec notre guide et le chauffeur qui nous parlent des nombreuses différentes sortes de pommes de terres cultivées dans la région et des spécialités culinaires locales. Original !

Le lendemain nous repartons avec notre guide de la veille. Cette fois nous commençons la marche au milieu d’empreintes de dinosaures. Elles sont gigantesques et vraiment bien conservées. Avec les paysages qui nous entourent et ces traces sur le sol, on se croirait vraiment plusieurs millions d’années dans le passé. D’ailleurs le nom du parc vient de « thuru thuru » en quechua et signifie boue, dans laquelle des dinosaures ont laissé leurs empreintes.
La marche continue le long d’un sentier aux odeurs de garrigue jusqu’au canyon. La passerelle construite sur le vide donne un bon aperçu de la taille. Nous descendons ensuite au cœur du canyon, où se trouve une petite oasis tropicale. Ça paraît irréel tellement les paysage à la surface sont arides.

Vous l’avez compris, on ne vient pas à Torotoro pour son village mais pour les paysages qui l’entourent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *