La Paz, ruines et catch de chuletas

Ce qui vous frappe à La Paz, qui vous arriviez de jour ou de nuit, par avion ou par bus, c’est la topographie de la ville. Des collines recouvertes de maisons couleur brique. C’est véritablement impressionnant. Sinon, disons que la ville n’a pas le charme de Sucre.

Comme toute grande ville, c’est bruyant et pollué. Le centre ville n’a pas vraiment gardé de bâtiments coloniaux. C’est pour nous plutôt une étape sur la route du nord. Nous en profitons juste pour faire un tour au musée de la Coca pour en savoir un peu plus sur cette plante autours de laquelle vit le pays. Ensuite un peu de shopping et direction Tiwanaku.

Le site de Tiwanaku est le symbole de la civilisation Tiwanaku qui précéda les Incas. Il ne reste malheureusement pas grand-chose debout à part la porte du soleil et les murs si rectilignes qu’on dirait coupés au couteau. Ah oui, pour la petite histoire, tous les symboles de Tintin et le temple du soleil ne sont pas incas, mais proviennent bien d’ici.

Nous sommes Dimanche, nous décidons donc de finir notre séjour en beauté. C’est jour de catch. Ici tout le monde semble passionné par ce « sport ». Et une fois arrivés à l’extérieur de l’arène, on comprend vite pourquoi. Les commentaires des animateurs vrombissent dans les enceintes pour attirer la foule. Et c’est parti pour environ deux heures de spectacles. Les performances des lutteurs sont plus ou moins bonnes, mais ce n’est pas vraiment important. C’est l’ambiance que l’on retient. Tout y passe : coup de la corde à linge, projections acrobatiques, jet de lutteur dans le public, coup de pied dans les parties intimes… Rajoutez à ça un public survolté qui vient ici en famille et qui réagit à toutes les sollicitations des lutteurs lançant tomates, pop corn et sodas sur le ring, un arbitre corrompu et des lutteurs allant du nain au géant musclé en passant par des femmes en costume traditionnel… Nous étions véritablement morts de rire et pour être franc, on se prend vite à crier contre les méchants et à applaudir les gentils. Ne manquez pas ça si vous êtes de passage ici, ce sera surement l’un de vos meilleurs souvenirs.

En bonus, une entrée en scène de catcheur. Du lourd!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *