Salar d’Uyuni : un désert, des lacs et du sel

Nous nous renseignons tous les jours à San Pedro pour savoir si la frontière sud avec la Bolivie est ouverte. Elle est fermée depuis plusieurs jours à cause de la neige, ce qui est assez inhabituel pour la saison.

Le jour J arrive enfin. Il est temps de partir. Le petit van qui nous emmène à la frontière passe nous prendre vers 7h. 45 minutes plus tard, on débarque à la frontière côté chilien. Une petite queue, un tampon et hop, nous voilà repartis jusqu’à la frontière bolivienne. Et rebelote.
Une fois les formalités passées, c’est le petit dèj. On monte ensuite dans notre 4×4 et on fait connaissance avec Ronald (ce n’est pas une blague) notre chauffeur/guide pour les 3 prochains jours. Nous sommes 6 touristes dans la voiture : nous, 2 australiens et 2 canadiens.

On appréhendait un peu la route car pas mal de personnes on eu des problèmes avec des chauffeurs alcooliques. Mais non, bien qu’il conduise vite, Ronald assure comme un chef.
Il nous fait traverser des paysages à couper le souffle qui semblent parfois sortir tout droit d’un rêve ou d’un tableau de Dali tellement ils semblent irréels. Des lacs aux reflets tantôt verts, rouges ou blancs. Des geysers qui crachent de la vapeur aux relents de souffre. Des étendues désertiques où seuls les arbres de pierres tiennent encore debout. Un petit désert de sel traversé par une ligne de chemin de fer qui ne semble mener nulle part. Une source d’eau chaude où l’on se baigne avec vue sur les sommets enneigés de la cordillère. Et quelques animaux par ci par là qui pointent le bout de leur nez : des flamants roses, des espèces de chinchillas géants (Lincoln si tu nous écoutes), deux renards, des vicuñas, des lamas et même des mouettes perdues dans les montagnes, à plus de 4000m d’altitude.

Voici quelques videos des geysers, l’ile Inca Wasi et quelques lamas sur la route :

Le salar d’Uyuni quand à lui vous laisse sans voix. Un désert de sel qui s’étend à perte de vue. Si grand en fait qu’il vous laisse entrevoir la courbe de la planète. Et au milieu, une île. L’île Inca Wasi plantée là, sortie d’on ne sait trop où et recouverte de cactus géants de plus de 900 ans.

Une fois de plus, nous finissons le trajet la tête pleine de belles images. Et cette fois-ci peut-être un peu plus que d’habitude. Le salar et le sud Lipez ont vraiment fait forte impression sur nous. Si vous passez en Bolivie, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

10 comments

  • Cool vos nouveaux potes en tout cas ! Moins chiant que ceux de Paris jpense

  • Haaaa enfin le Salar !
    Je me rappel surtout des Irlandais qui étaient malade dans le 4×4 avec nous et qui s’arrêtaient au « Banos Natural » toutes les 5 min ^^

    • Haha. Ca va personne n’était malade dans notre groupe. Quelques personnes, dont moi, ont eu des épisodes de migraines et d’autres, comme Karim, ont eu du mal a dormir, mais sinon tout s’est très bien passé.

  • Bonjour à vous deux, c’est nous les acteurs sur la photos !!!! ( les chtis dans le 2éme 4/4 !! )superbes souvenirs, décors grandioses, un merveilleux souvenir d’un morceau de la planète !! Bonne continuation dans votre découverte du monde et c’est super de pouvoir en profiter avec vous. Comme on dit chez nous  » in gros bécaut les billoutes !!!

    • Hola les chtis!
      Uyuni restera pour nous un des plus beaux endroits qu’on aura eu la chance de visiter.
      Merci de nous suivre!!!
      Gros bécouts tambien

  • Excellent, ça rappelle des supers souvenirs. Sauf qu’on avait pas le même matériel photo !! Les couleurs sont vraiment belles et vu les pures scènes qu’il y a là bas c’est vraiment sympa.

    Je vois que vous vous êtes bien donné sur les effets d’optique. (je cale sur la photo en suspension…). Je vous mets le lien des nôtres là bas…

    Profitez bien !!!

    • Merci pour ton commentaire.
      On s’est bien amusé avec les effets d’optiques! C’est tellement facile au salar.
      Que de bons souvenirs… et les paysages étaient magnifiques.

  • Oh YEAH ! au top… parmi les plus beaux paysages que j’ai vu et heureux que votre Ronald ne soit pas un fan inconditionnel du pastis local 😉

    Maintenant c’est l’heure de la rélatinasse 😉

    • Ah le fameux Rélinasse! C’est en Bolivie ou au Pérou qu’on doit l’entendre? Ca fait 2 semaine qu’on est ici et on ne l’a pas encore entendu.
      Un indice? 😀

  • 😉 j’aime bien les jeux de perspectives, originaux… Et par contre Karim est moins tranquille qu’à l’ile des pins niveau détente!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *