VTT, tyroliennes et Machu Picchu

Comme nous n’avions pas réservé nos places pour le chemin de l’inca (on ne voulait pas se bloquer avec des dates fixes), nous avons opté pour une alternative : l’inca jungle trek.

On commence le premier jour avec 55km de descente sur asphalte en VTT. D’en haut, les vues sont magnifiques. Nous passons par contre l’après midi à attendre la partie du groupe qui choisit de faire du rafting, car nous nous réservons pour l’Equateur. On finit la journée par une petite heure de marche en montée dans le noir pour rejoindre notre logement.

Au petit matin, nous sommes récompensés par une vue imprenable sur la vallée. Nous marchons ensuite sur un petit chemin tantôt en terre, tantôt couvert de pierres inca serpente le long de la montagne jusqu’au sommet. Après avoir apprécié la vue du mirador, mangé un peu plus bas, et fait une petite sieste dans un hamac, nous repartons pour la suite du trek.

Le troisième jour, nous passons la matinée suspendus à des tyroliennes. Les câbles sont suspendus à plusieurs centaines de mètres au dessus du vide. Véritablement impressionnant !

Surtout quand on est suspendus par un fil en position « superman ».

Raf est plutôt sereine. A croire qu’elle a fait ça toute sa vie.

S’en suit ensuite quelques heures de marche le long de la voix ferrée jusqu’à Aguas Calientes. Demain, c’est l’ascension tant attendue du Machu Picchu !

A 5h du mat, nous sommes parmi les premiers à faire la queue devant le poste de contrôle. Après la vérification des billets, nous sommes autorisés à se lancer à l’attaque des centaines de marches qui nous séparent de l’entrée du site. La montée peut se faire en bus mais à vrai dire, on voulait mériter la visite un minimum. D’ailleurs, bravo à ceux qui ont fait l’inca trail et qui ont enchaîné avec le Huayna Picchu, hein Nono et Madeline ! Arrivés en haut, petit problème. Notre guide qui devait arriver avec le premier bus, n’est pas au rendez-vous. Impossible de mettre la main dessus. On s’arrange donc avec un autre guide rencontré la veille et qui accepte qu’on se joigne à son groupe. Ouf !

Et là, quel spectacle. C’est encore plus surprenant que ce qu’on imaginait. Sortie de nulle part, plantée là sur une montagne à des heures de marche de toute civilisation (à l’époque), cette cité de pierre dégage vraiment quelque chose de mystique. Et quand au petit matin le brouillard vient vous caresser le visage, on dirait réellement que la Machu Picchu joue à cache-cache avec vous. On enchaîne la visite du cœur du complexe avec l’ascension du Huayna Picchu et ses quelques milliers de marches. Puis deux heures supplémentaires pour descendre jusqu’au temple de la Lune et remonter jusqu’en haut. Nos jambes en tremblent encore.

Nous restons jusqu’à 16h30, heure à laquelle les gardes commencent à faire sortir les touristes. Et c’est à ce moment là, quand la cité se vide et que les rayons du soleil, plus doux à cette heure ci, viennent caresser les pierres que la sensation de plénitude prend toute son ampleur.

Nous partons de Cusco le cœur léger et, c’est bizarre, avec une sensation de liberté. Je pense qu’il y avait un peu de pression avant le Machu Picchu. Il faut dire qu’on l’attendait depuis si longtemps et qu’on ne voulait pas rater la visite.

 

2 comments

  • Génial que ce soir les vidéos ou les image, ça donne vraiment envie de vous retrouver sur place….Bonne continuation et svp encore plein d’autres images comme celles-là !!! 😀

  • Oh YEAH ! Comme ça envoi et surtout profitez de la gelatinas tant qu’il y en a 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *